La Marche – COP21

Une marche pourquoi ?

 

A l’origine, le projet « Une marche pour l’environnement » est plutôt simple. Pour participer à notre façon au combat climatique nous avons parcouru à pied la distance entre le petit village de Puyricard, au nord d’Aix en Provence, et Paris pour la conférence mondiale sur le climat ( COP21  ou encore Conference of the Parties) qui s’est tenue du 30 novembre au 11 décembre 2015.

 

Pourquoi marcher ?

La marche à pied représente le mode de déplacement le plus naturel qui soit, celui qui nous permet d’avancer, à un rythme certes lent, mais avancer tout de même. En plus d’être bon pour le corps, la marche permet de prendre le temps de voir ce qui nous entoure avec un œil plus averti, permet des pauses pour se rapprocher d’un point d’intérêt, aide à la réflexion et surtout ne pollue pas.

Nous avons choisi de marcher jusqu’à Paris car si la nature prend son temps alors une marche pour l’environnement se doit de suivre un rythme des plus naturels. Dans ce monde où tout va trop vite et dont nous faisons partie, notre marcheur a laissé sa voiture sur le bas-côté et pris les routes pour rallier Paris après 1000 km d’une marche qui, assurément, nous aura conforté dans nos convictions écologiques, au plus près de la nature durant ces quelques mois d’un petit effort citoyen.

C’est vrai, nous aurions également pu faire tout ça en vélo, autre mode de déplacement respectueux de l’environnement, seulement petit hic…le vélo, Hervé n’aime pas ça !

 

Pour quoi faire ?

Généralement nous allons beaucoup trop vite pour nous apercevoir de la quantité de déchets bordant nos axes de communication, allant des autoroutes aux petits chemins de campagne. En y prêtant l’œil, on remarque facilement l’ampleur du nettoyage à effectuer, résultat des mauvaises habitudes de conducteurs qui oublient qu’ils ont une poubelle chez eux et considèrent la nature comme l’endroit idéal pour y jeter leurs détritus. Le vent s’occupe par la suite de disséminer tous ces déchets sur une zone plus grande et difficile d’accès, polluant nos sols et nappes phréatiques et affectant la faune et flore locale, nombre de ces déchets s’enterrant dans le sol à l’abri de nos regards par l’action de la pluie et du temps.

Ainsi, dans une recherche de propreté générale, ces zones de passage ne peuvent être oubliées. Cette marche pour l’environnement se concentre sur ces zones délaissées, marqueurs évidents d’une société qui va à l’encontre de la nature.

Pour ce faire notre marcheur officiel parcourt les routes avec un compagnon assez particulier, peu bavard, plutôt austère et en plus glouton, nous avons nommé : la poubelle de tri ! Il la tire jusqu’à Paris, la remplissant des déchets rencontrés sur les bords de route, mètres après mètres, pas après pas, et c’est une affaire qui marche… et roule !

Le principe de cette marche avec poubelle est bien évidemment de nettoyer au maximum la nature de ses déchets. Cependant nous ne pourrons jamais ramasser tout ce que nous voyons, tout ne rentre pas dans la poubelle et nous ne comptions pas arriver à Paris avec tous les déchets récoltés pour des raisons avant tout de logistique. Notre marcheur est peut être une belle machine de 90 kg mais ce n’est pas un tracteur non plus ! Il ramasse tout ce qui est à portée de main en marchant, car il faut garder à l’esprit que la route est longue.

Une fois les déchets ramassés, nous les avons triés par matériaux (métal, plastique recyclable, carton/papier, verre et le non-recyclable) et par type de déchets (nous mettons à part les paquets de cigarettes, les mégots, les jeux à gratter, les doses énergétiques et les déchets dangereux). Ensuite, nous pesons les différents matériaux, et comptons les différentes marques en ce qui concerne les canettes, bières et sodas, les paquets de cigarettes, le verre et les bouteilles plastiques (quand cela est possible). Enfin, une fois tout ce travail fini, il ne reste plus qu’à trouver les poubelles adéquates pour jeter définitivement ces déchets.

En somme, notre poubelle est peut-être devenue la plus productive de France et ça, ça le fait !

 

La Poubelle

Nous avons récupéré la poubelle de tri de la famille, une poubelle classique d’une capacité de 140 litres avec deux petites roues et un couvercle jaune. Elle contenait en son fond un stock de sacs poubelles, un brumisateur, quelques sandows et par dessus, les déchets qu’elle a récolté.

 

 

Objectif COP 21

Itinéraire de la marche – Blog