Jour 3 – Saint-Paul-lez-Durance – La Fuste

Voilà c’est le jour n°3 ! Je me réveille dans mes quartiers personnels chez les pompiers de Saint-Paul-Lez-Durance et m’en vais grignoter mon petit dej. Je récupère ma poubelle après un nouveau café offert par mes récents collègues et avoir fait le tour de la caserne pour ramasser tous les déchets qui traînent, je leur dois bien ça ! Bien sûr je ne vous dirai pas combien de déchets j’ai récupérés mais je peux vous assurer que les pompiers tiennent leur caserne plutôt bien, la plupart des détritus étant ceux ramenés par le vent et encore et toujours ces malheureux mégots. En parlant de ça je vous invite à regarder une vidéo bien marrante, c’est par  !

 

Je me dirige vers Cadarache, le centre de recherche atomique et son nouveau projet mondial ITER, le réacteur à fusion nucléaire, l’énergie de l’avenir qu’ils disent. A nouvelle énergie, nouveau débat. C’est vrai qu’au niveau technologique ça à l’air assez impressionnant, dans les faits ce n’est pas encore prêt de sortir et ça coûte beaucoup d’argent. Passons les problèmes liés à la dangerosité et à l’impact sur l’environnement, il y aurait certainement trop à dire, c’est simplement dommage de ne pas investir cet argent dans des énergies propres et dans la recherche environnementale. Mais bon je suis quand même passé devant l’énergie du futur, toujours nucléaire ! Hommage ou pas ? J’ai pas l’time pour ces laborantins pas propres qui laissent leurs bas-côtés particulièrement sales, j’ai une marche à faire !

 

Je continue donc vers Vinon-sur-Verdon qui était initialement mon étape du soir, j’y arrive à 12h30 !

Sur la route dangereuse qui mène à ce village, on longe un champ immense, bien vert, le printemps est de retour ! Malheureusement, les odeurs provençales qui m’avaient jusqu’alors accompagné se sont envolées aussi vite qu’un pot de vernis prend le dessus sur l’odeur de votre jardin fraîchement tondu. Je respire comme quelque chose d’âcre, une odeur malsaine, ça pue le mauvais coup à plein nez. C’est pas glop, c’est caca ! Je passe la butte et comprends de suite d’où vient le mal. Un tracteur est en train d’asperger ses plantations de ce produit que je ne connais pas mais qui clairement ne sent pas la rose. Quand on sait que la cour de récréation de l’école de Vinon donne directement sur ce champ…Je croise même un cycliste qui s’arrête et me dit spontanément « Ça c’est le cancer ! Tu sens cette odeur ! C’est le cancer !! ». Comment le contredire ? A nouvelle odeur, nouveau débat…ouais je ne vais pas tous les faire non plus hein !

 

 Arrivé sur la place du village je rentre dans une boulangerie et parle de mon projet de marche citoyenne à la boulangère. Elle m’offrira une part de pizza, un pain au chocolat pour mon 4h et un grand sourire !!

Par contre je vais vous confier un petit secret, le pain au chocolat…il n’a pas tenu jusqu’au goûter !

 

Je passe un petit coup de fil à un ami et je me remets en route. Je dépose un de mes sacs chez un vendeur de burgers et me motive à ramasser tout ce que je vois car la sortie de Vinon est assez propre. En 35 minutes je récupère 284 déchets et remplis 6,5kg. J’attaque l’interminable ligne droite de plusieurs kilomètres, j’ai le soleil dans le dos, je décide d’accrocher mon panneau solaire pour recharger les batteries qui sont bientôt à plat. Ça le fait !

 

Du coup cette ligne droite est aussi sacrément dangereuse pour ma complice poubelle et moi. Pas de bas-côté ou si peu, et seulement sur la gauche de la route. Je décide de marcher et seulement marcher, je ramasserai un peu quand il y aura la place de le faire. La sécurité avant tout. Je marche, j’ai chaud, très chaud, j’ai pas pris mon chapeau, je commence à sentir la fatigue et me languis d’arriver au plus vite. J’accélère le pas, j’en ai plein les bottes de cette ligne droite alors je pense à des idées sympas pour le site internet…j’espère que vous les découvrirez bientôt !!

 

Alléluia !! Je suis arrivé au rond-point de la Fuste, je m’arrête à la cabane qui vend des fruits et légumes issus de culture raisonnée, sur le bord de la route et me met directement à l’ombre ! La vendeuse, Claudine, m’offre un verre d’eau fraîche et une pomme. On parle un peu, elle est très réceptive à mon projet et en plus elle est super sympa, elle me propose de garder ma poubelle et me confirme que je suis tout rouge, j’ai effectivement chopé une insolation. Mais ça va le faire, j’ai juste à m’hydrater. Tiens ça tombe bien, mon voisin d’Oraison, Pascal vient me chercher avec Léa, sa fille, qui descend du camion… avec une bière !! Le Powerade des sportifs !! Fin de journée, je vais dormir, je suis cuit mais j’aurai quand même bien bossé en ramassant 36,25 kg pour 1425 déchets sur 25 km !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *