Jour 15 – Col de Rousset – Saint-Agnan-en-Vercors

Le réveil sonne dans notre chambre de l’aventure, la nuit fut longue mais je ressens encore les efforts de la veille. Nous montons le col en voiture et nous perdons dans les nuages. Là-haut, tout est blanc et frais. Lola, encore en pyjama, tremblote. Puis elle m’abandonne sur ce grand parking et retourne à ses occupations de logisticienne. Je descends tranquillement pour prendre le rythme, je croise une gentille femme qui m’encourage. L’effet Tour de France – Gérard Holtz continue, elle savait qui j’étais. Plus tard je croise des vaches plutôt sympas qui me fixent en ruminant. Je les imite. Elles s’en moquent. Je continue et me dis que j’ai un peu de mal à avancer et qu’il serait temps de relancer la machine. Puis je croise un habitant qui, me voyant au loin, me lance « café ?! ». J’accepte.

Jean-Marie, de son petit nom, me présente sa petite famille et me parle de son association Mille Traces. Lui aussi fait de la sensibilisation à l’écologie, s’implique directement dans la protection des animaux du coin, des oiseaux aux crapauds en passant par les loups. Grand défenseur de toutes les espèces, son association s’investi également en Afrique Subsaharienne et aide à la lutte anti-braconnage, l’aide aux communautés par l’envoi de matériel, la gestion de parcs naturels protégés. Un fervent écologiste qui a de la bouteille, un militant avec des valeurs entouré de personnes tout autant dévouées à la protection de la planète. Je reprends un café et nous continuons à parler de nos projets en sachant qu’il n’y aura de toute façon pas assez de temps pour tout aborder. Il m’assure que l’association Mille Traces apportera tout son soutien à La Marche pour l’Environnement, avant même que je parte, il avait déjà appelé Greenpeace, pour vous dire l’efficacité !

Je me sens remotivé mais j’ai toujours l’impression de ne pas avancer. Et puis tant pis, je marche pour prendre le temps et en plus le décor est somptueux ici. Cette descente dans le Vercors restera parmi les plus belles routes de la marche, à n’en pas douter. Je croise un agent des routes qui me parle de diverses campagnes de nettoyage qu’ils réalisent au cours de l’année avec la même ramassette que moi. Il sait qu’ils devraient en faire plus tant l’incivilité des gens est constante, mais les priorités sont ailleurs. Je rencontre un Dunkerquois bien sympathique qui vient se ressourcer dans le Vercors en me disant à quel point la pollution causée par les usines est flagrante dans sa ville et comme les plages sont sales.

 

Enfin à Saint-Agnant, Gil arrive à ce moment-là en camion avec Lola pour me récupérer. Nous allons manger avec les petits du canton dans la salle à manger, comme à l’ancienne. Je regarde au fond de mon verre et ne vois pas de chiffre alors je décide que j’ai 0 an. Après une petite sieste et une bonne douche je suis fin prêt pour une nouvelle expérience qui est appelée à se répéter et en laquelle je fonde les plus grands espoirs : une intervention de sensibilisation à l’écologie aux enfants ! La première fois pour moi. Je serai bien épaulé par Jean-Marie qui apporte sa touche locale ainsi que par les animatrices qui poseront de bonnes questions. Mais je me sens à l’aise et pose des questions à ces Puypuynets et Puypuynettes du Vercors. Quand je leur demande s’ils connaissent des gens qui jettent par la fenêtre, ils lèvent tous la main. Quand je leur demande s’ils jettent, plus aucune réaction. Comme quoi, l’âme d’un enfant est naturellement respectueuse. Tous ces petits bouts de chou participent bien à ce moment et s’intéressent à ce que nous disons. Quand je leur mets entre les mains la pince ils se mettent à ramasser spontanément, oui c’est cool de ramasser ! Nous leur montrons les petites boîtes en bouchons et les portefeuilles en brique de jus. Ce moment d’échange avec les enfants était très enrichissant et je suis heureux de participer à cet acte de transmission de valeurs. Le fait de participer à leur éducation à propos du respect global de l’environnement est quelque chose de valorisant et je me sens fier et reboosté quand ils s’en iront jouer un peu plus loin.

Plus tard c’est Florian qui s’ajoutera à la liste des émotions de la journée. Ami de Lola à la base, il est venu passer un peu de temps avec nous et vivre notre vie d’éboueurs volontaires voyageurs ! Il participe même au tri des déchets avec Lola et partage volontiers ses bières avec nous. Il n’y a finalement rien à faire de particulier pour nous faire plaisir, il suffit de venir nous voir et de passer du temps avec nous, c’est bien suffisant. Je vous dis donc à très vite sur cette belle aventure, nous on avance !

 

Bilan du jour : Aujourd’hui j’ai marché 12 km, ramassé 138 déchets pour 2,5 kg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.